article

L'anesthésié

L'anesthésié

Celui qui a entrepris un travail thérapeutique, personnel doit croire en sa foi en son corps, pour descendre, capter, vivre et revivre ses traumas, ses souffrances, afin de renaitre de ses cendres.

La remémoration du traumatisme ne suffit pas, il est nécessaire voire essentiel que celui-ci soit revécu dans le travail thérapeutique de la séance, avec le thérapeute sans gène ni tact et prévoyance du thérapeute dans la reviviscence du trauma de la cure. Le thérapeute doit laisser agir, venir les émotions, sans cela l'effet escompté peut-être, devenir désorganisateur qu'il a été à l'époque infantile du patient(e) face au désavoeu des parents mutiques, l'enfant reste figé dans le "non-dit"de ce qui lui arrive, vit. Les émotions des adultes et leur influence sur le développement de la sexualité et du caractère de l'enfant, jouent un rôle important.

Férenczy, l'un des plus grands psychanalystes du siècle dernier, priviligie l'idée de la réalité du trauma, ce qui lui fera dire qu'il s'agit: d'un choc inattendu, pas préparé, subi, écrasant agit aussi comme si la personne était anesthésiée.

L'activité psychique est en arrêt, joint à l'instauration d'un état passif, dépourvu de toute résistance. Ce phénomène paralysant la mobilité inclut également l'arrêt de la pensée. En fait,l a personne est scindée en deux, une partie continue d'exister avec aménagement, alors que l'autre se fige, s'enkyste, est dans un coma prête à  se réveiller à l'appel d'un évènement qui fera office de déclencheur...traumatique.

Férenczy appelle cela auto clivage narcissique d'où la référence d'anesthésie, la personne ne souffre plus puisqu'une partie d'elle ne vit plus, mais le trauma, quant à lui, est bien présent, là,vit sournoisement dans le corps de la personne, reste en sa compagnie et reste en souffrance, en attente de réprésentations.

Il exprime également que les traumatismes infantiles sont issus de vécus réels. Ces traumas sont toujours sexuels dans le cas d'amour passionné des adultes, pensant que cet amour caressant, étouffant soit anodin pour leur progéniture. Ces traumas sont des viols et des abus et non pas une séduction fantasmée de l'enfant. Ce sont des faits  réels racontés par des adultes abuseurs qui ont été abusés enfants. L'agressé devient plus tard  agresseur; L'introjection du modèle... a bien été identifié, cela ressemble a un boomerang qui nous revient.

La personne traumatisée, anesthésiée dans sa chair, par des parents ne pensant cruellement qu'à eux voire par l'environnement ne pourra pas s'en sortir seule. Le thérapeute a une place importante, car celui-cid ans le transfert prend une place de parent, de tuteur qui lui est nécessaire d'assumer totalement dans son contre-tranfert et son désir de thérapeute. Sans ce lien transcendantal le travail en profondeur se réalisera avec peine, l'apaisement et l'acceptation ne pourront se faire, l'image du bonheur ne pourra s'épanouir pour devenir une belle pensée ouvrant ses pétales.

Contacter le praticien