Analyse

Contrôle et lâcher prise

Votre contact
Sexologie, Conseil parental + 1
     
06 63 82 86 04
 

Contrôle et lâcher prise

C’est un sujet qui ne vous concerne pas !! C’est toujours chez les autres que nous voyons du contrôle, mais pas chez nous ;-)

Le contrôle, une pratique plutôt féminine

Malheureusement, c’est une pratique répandue et plutôt chez les femmes. Par peur d’être dominée, de ne pas exister comme personne, de s’éteindre ou…, la femme veut maîtriser tout ce qui se passe chez elle, dont son conjoint.

Ces peurs nous viennent des générations précédentes où effectivement, les femmes ont parfois eu bien du mal à exister en tant que personnes ! Elles se manifestent par le souci de contrôler TOUT, ou presque, ce qui se passe à la maison.

Le contrôle, une pratique insidieuse

Sans s’en rendre compte le plus souvent, de façon insidieuse, la femme en vient à avoir la main sur tout chez elle, dont son conjoint ! Il faut que les choses soient faites comme ELLE le souhaite, quitte à ce qu’elle les fasse elle-même pour être sûre du résultat ou du timing.

Peu à peu, elle prend à sa charge de plus en plus de tâches, elle s’épuise. Elle dépense son énergie pour la maison et les enfants, en plus de son travail quand elle en a un. Elle n’a alors plus aucune ressource pour sa vie sexuelle ; elle a déjà tout donné ! Dommage…

Alors l'homme abandonne...

De son côté, l’homme en fait de moins en moins, parce que quoi qu’il arrive, c’est toujours mieux fait quand c’est elle qui s’en charge et qu’il en a marre de faire des efforts qui ne sont pas reconnus. « J’ai beau faire tout ce que je peux, ce n’est jamais assez » dit-il. Il abandonne peu à peu la maison à sa femme, ainsi que sa place d’homme et de père. Et il reste plus tard au travail ou se trouve des activités plaisantes en dehors de chez lui. Sa femme dira qu’il l’abandonne, sans imaginer une seconde qu’elle l’a encouragé dans ce sens…

Le contrôle empêche le plaisir

Dans l’intimité, l’homme veut souvent faire plaisir à sa femme. Il a quelque part en tête qu’elle lui fait un cadeau en acceptant la relation sexuelle, marqué par des modèles de couples qui vivent le devoir conjugal. Il se conforme donc aux « protocoles » de sa femme dans lesquels elle a une parfaite maîtrise mais plus d’ouverture à ce qui peut advenir lorsqu’elle lâche prise.

Or, le plaisir féminin provient en grande partie de la capacité de la femme à s’abandonner. Le contrôle est juste le contraire du lâcher-prise.

 

Au bout de quelques temps, la femme se lasse d’en faire autant pour la maison et que la routine se soit installée dans son lit… Elle se prend à rêver qu’un homme, un vrai, la fasse monter jusqu’au 7ème ciel… sans réaliser que cet homme est celui qui est à ses côtés, pourvu qu’il puisse exister !

Alors comment avancer vers le lâcher-prise ?

  • prendre le temps de sentir ma peur : quelle est-elle ? Que me raconte-t-elle ?
  • être dans la gratitude de ce qu’est l’autre, dans sa différence : merci pour ce que tu es, merci pour ce que tu fais pour moi, la maison, les enfants… Après tout, rien n’est dû. Et garder pour soi les remarques désobligeantes.
  • faire des petits pas, plutôt que de vouloir gravir la montagne d’un coup : repérer dans notre quotidien les moments où je peux faire confiance. Et nous avons de la chance : les hommes d’aujourd’hui savent lancer un lave-linge, faire la cuisine ou que sais-je encore, et parfois mieux que nous !
  • Du côté de la personne qui fait l’objet d’une tentative de contrôle, résister ! Ce sont souvent des hommes mais parfois aussi des femmes. Résister, dans le respect et la bienveillance, pour exister et prendre ma place, d’homme ou de femme.
Contacter le praticien